À DÉCOUVRIR

 

 

c07e9120-225b-4c9b-8f80-b0ea1e12767fSanctuaire Notre-Dame de Laghet

Le sanctuaire est aujourd’hui un lieu de Pèlerinage. Avec son toit à bulbe, il est bâti sur la chapelle primitive : décor baroque, statue de la Vierge datant de 1625 appelée la Vierge des Prodiges. En 1625, Don Jacques Fighièra restaure la chapelle du vallon de Laghet. En 1652, la Vierge Marie répond à la prière de dévots par plusieurs miracles, ce qui attire de nombreux pèlerins. Le sanctuaire s’édifie et les Ex-voto commencent à en couvrir les murs. Devant ce mouvement, L’Evêque de Nice, Monseigneur de Palletis, réunit une commission de théologiens pour examiner les “faits de Laghet”. Le 20 décembre 1653 cette commission conclut à l’authenticité des miracles. La garde du sanctuaire est confiée aux Carmes de 1674 à 1905 qui y assurent une présence de prière et de travail dans la pauvreté. 1792 est une année charnière pour le Sanctuaire. Les troupes révolutionnaires françaises entrent dans le Comté de Nice ; nobles et religieux fuient. Les pères Carmes abandonnent le monastère pour Turin. La statue de la Vierge est cachée par un berger. Les bâtiments sont saccagés et tous les ex-votos brûlés. Il faut attendre 1802 pour que la chapelle soit à nouveau ouverte au culte. En 1815, les Pères Carmes reviennent. Depuis 1978, l’accueil du sanctuaire, l’animation spirituelle et l’hôtellerie pour les pèlerins sont assurés par les Bénédictines du Sacré-Cœur de Montmartre, installées au prieuré de Notre-Dame-de-Laghet. Sanctuaire Notre-Dame de Laghet, 06340 La Trinité – Tél: 04 92 41 50 50 – Fax: 04 92 41 50 59

www.sanctuaire-laghet.cef.fr/sanctuaire.laghet/Accueil.html   

 

 

à découvrir à La TrinitéÉglise de Sainte-Trinité 

À l’origine, la commune ne possédait qu’une petite chapelle qui sera  dès 1818 érigée en église paroissiale. Après décision du Conseil municipal, en 1836, débutent des travaux d’agrandissement qui rencontreront des ralentissements suite à l’effondrement du bâtiment  et à l’exiguïté des lieux. Il a donc été décidé la création d’une nouvelle église. Trois projets ont été étudiés et, c’est finalement l’audace et l’originalité de Joseph Vernier, à qui l’on doit la configuration de  la place Masséna, qui feront l’unanimité au sein du Conseil du 15 mai 1845. Et dès le 13 octobre, les travaux débutent. Trois ans plus tard,  le 24 décembre 1848, les Trinitaires peuvent enfin découvrir cette bâtisse, sa surprenante forme triangulaire et les 3 pronaos (partie centrale  d’un temple grec) accolés à l’hexagone, inspirée de la Gran Madre di Dio de Turin. Son architecture reprend l’allégorique de la sainte Trinité :  les 3 absides (représentants le triangle) comportent chacune quatre colonnes et l’ensemble fait référence aux 12 apôtres. Les 2 chapelles latérales sont consacrées à Saint-Grat (patron secondaire de la paroisse) et à l’Immaculée Conception. Le clocher, qui était  celui de la première église, sera restauré en 1882 par l’architecte Jean-Baptiste Blanchi : une horloge, réalisée par l’horloger Beignet de Paris, est installée, une 4ème cloche, construite par Jacques Sémeria, est ajoutée et sur décision du maire un paratonnerre vient remplacer la croix girouette sur décision.  

 

 

à découvrir à La TrinitéAstrorama 

Situé près de Nice, sur la Batterie des Feuillerins, entre mer et montagne, l’Astrorama permet à ses visiteurs de découvrir le ciel. Chacun peut y découvrir l’astronomie, utiliser des lunettes et des télescopes, suivre  des spectacles de planétarium, recevoir des images satellitaires, rencontrer des animateurs et des astronomes. C’est un lieu consacré à l’observation des étoiles, grâce à des activités et des conférences. Le directeur du centre, l’astronome Jean-Louis Heudier, a été plusieurs fois primé pour son travail scientifique de vulgarisation. Dans le cadre du projet Interreg III A Alcotra, la Mairie de La Trinité, propriétaire de l’Astrorama, a entrepris des travaux sur le site afin d’améliorer l’accueil du public. Ce projet d’envergure européenne  est mené en collaboration avec la commune de Perinaldo en Italie  et son Observatoire Cassini.

Astrorama, Col d’Èze – 06340  La Trinité – Tél: 04 93 41 23 04

www.astrorama.net/  

 

 

à découvrir à La Trinité

 

 

Monument du bicentenaire de la Révolution Française 

Ce monument a été inauguré le 18 novembre 1989 sur le rond-point des Amis  de la Liberté, du nom du groupement de citoyens qui a soutenu le Trinitaire  Jean-Dominique Blanqui (1er député qui a donné au département le nom des  « Alpes-Maritimes »). Cet édifice, représentant une colonne de marbre  jaillissant du sol, laisse apparaitre dans ses fissures les couleurs de la France.      

 

 

 

 

 

à découvrir à La TrinitéLa statue « Oreste et Minerve » 

La statue « Oreste et Minerve », de l’artiste Hugoulin, a été offerte à la ville de Nice en 1879 par le Ministre de l’Instruction publique  et des Beaux-arts. Elle orna la Cour d’honneur de l’Hôtel de-ville  jusqu’au 23 août 1956. En 1959, à l’occasion des fêtes  commémoratives de l’anniversaire du Centenaire du Rattachement  du Comté de Nice à la France, elle est cédée à La Trinité-Victor par Jean Médecin. Elle est, depuis, visible rue du château. Composée  de trois blocs de marbre blanc, cette œuvre artistique représente  Adonis, jeune grec d’une grande beauté, fils de Cinyras, roi de  Chypre et de la fille de ce dernier. La mythologie raconte qu’en  punition de cette inceste, sa mère aurait été transformée en arbre  à Myrrhe et que cet arbre lui aurait donné la vie. Le sculpteur a  choisi de le représenter recroquevillé sur lui-même, la tête penchée vers sa poitrine. Il enlace, de son bras droit, Minerve,  fille de Jupiter et déesse de la sagesse et des arts. Elle était représentée, lors de son implantation à La Trinité-Victor,  avec un casque et tenant une lance.  Aujourd’hui, il manque sa tête mais ce monument reste d’une grande beauté.

 

 

Chemin-faisant, à la découverte des sentiers de La Trinité 

Élaborés conjointement par les services des Sports et de l’Environnement, ces itinéraires de randonnées vous permettent  de découvrir la commune autrement. Sur 114,5 km de sentiers, 9 circuits sont à parcourir, allant de 4 km à 33 km  pour les plus sportifs. Ils sont répertoriés au PDIPR (Plan Départemental des Itinéraires de Promenades et de Randonnées)  du Conseil départemental.

Téléchargez la carte chemin-faisant



En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, permettant, par exemple, de réaliser nos statistiques de visites du site. Infos

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close